Livre, Pour les enfants

Conte Hansel et Gretel

conte hansel-et-gretel

Voici le conte d’Hansel and Gretel par les frères Grimm en 1889.

Il était une fois, à l’orée d’une grande forêt, un pauvre bûcheron, sa femme et ses deux enfants, le garçon s’appelait Hansel et la fille Gretel. Une fois, alors que les temps étaient durs, ils durent se contenter d’un morceau de pain et de beurre chacun. Une nuit, alors qu’il s’agitait dans son lit, plein de soucis et d’inquiétude, il soupira et dit à sa femme :

« Que va-t-il advenir de nous ? Comment allons-nous nourrir nos pauvres enfants, maintenant que nous n’avons plus rien pour nous ? »

« Je vais te dire, mon mari, répondit la femme, tôt demain matin, nous emmènerons les enfants dans la partie la plus épaisse du bois. Là, nous allumerons un feu pour eux et leur donnerons à chacun un morceau de pain. Ensuite, nous continuerons notre travail et les laisserons seuls. Ils ne retrouveront pas le chemin de la maison, et nous serons débarrassés d’eux. »

« Non, ma femme », dit son mari, « je ne le ferai pas ; comment pourrais-je trouver le courage de laisser mes enfants seuls dans le bois ? Les bêtes sauvages viendraient bientôt les mettre en pièces. »

« Oh ! tu es fou, » dit-elle, « alors nous devons tous les quatre mourir de faim, et tu peux tout aussi bien aller scier les planches pour nos cercueils. »

Ils discutèrent et discutèrent, jusqu’à ce qu’il convienne qu’ils devaient se débarrasser de Hansel et Gretel.

« Mais je ne peux m’empêcher d’avoir de la peine pour les pauvres enfants », ajoute le mari.

Les enfants aussi n’avaient pas pu dormir à cause de la faim et avaient entendu ce que leur belle-mère avait dit à leur père. Gretel pleure amèrement et dit à Hansel : « Maintenant, tout est fini pour nous. »

« Non, non, Gretel, » dit Hansel, « ne t’inquiète pas, je saurai trouver un moyen de m’échapper, sans crainte. »

Quand les parents se sont endormis, il s’est levé, a enfilé son petit manteau, a ouvert la porte de derrière et s’est enfui.
La lune brillait clairement, et les cailloux blancs qui se trouvaient devant la maison scintillaient comme des morceaux d’argent.
Hansel se baissa et remplit sa poche avec autant de cailloux qu’il put. Puis il est revenu et a dit à Gretel,

« Console-toi, ma chère petite sœur, et va te coucher. Dieu ne nous abandonnera pas », et il se recoucha.

A l’aube, avant même que le soleil ne soit levé, la femme vint réveiller les deux enfants : « Levez-vous, nous allons tous dans la forêt chercher du bois. » Elle leur donna à chacun un morceau de pain et dit, « Il y a quelque chose pour votre déjeuner, mais ne le mangez pas avant, car c’est tout ce que vous aurez. »

Gretel prit le pain sous son tablier, tandis que Hansel avait les pierres dans sa poche. Puis ils partirent tous ensemble sur le chemin de la forêt.

Après avoir marché un peu, Hansel s’arrêta et regarda derrière lui la maison, et il répéta cette manœuvre à plusieurs reprises.

Son père l’observa et lui dit : « Hansel, que regardes-tu là ? Pourquoi restes-tu toujours en arrière ? Fais attention, et ne perds pas pied. »

« Oh ! père, » dit Hansel, « je regarde mon chaton blanc, qui est assis sur le toit et qui me fait un signe d’adieu ». La femme s’exclame : « Quel âne tu es ! Ce n’est pas ton chaton, c’est le soleil du matin qui brille sur la cheminée. » Mais Hansel ne s’était pas retourné vers son chaton, mais avait toujours laissé tomber un des cailloux blancs de sa poche sur le chemin.

Lorsqu’ils arrivèrent au milieu de la forêt, le père dit : « Maintenant les enfants, allez chercher beaucoup de bois, et je vais allumer un feu pour que vous n’ayez pas froid. »

Hansel et Gretel entassèrent des broussailles jusqu’à ce qu’ils aient fait un tas de la taille d’une petite colline. Ils mirent le feu aux broussailles et lorsque les flammes s’élevèrent, la femme dit , « Maintenant, allongez-vous près du feu, les enfants, et reposez-vous : Nous allons dans la forêt pour couper du bois et quand nous aurons fini, nous reviendrons vous chercher. »

L’abandon

Hansel et Gretel s’assirent près du feu, et à midi, ils mangèrent leurs petits bouts de pain. Ils entendaient les coups de la hache, et ils pensaient que leur père était tout près. Mais ce n’était pas une hache qu’ils entendirent, mais une branche qu’il avait attachée à un arbre mort et qui était emportée par le vent. Quand ils furent assis pendant un long moment, leurs yeux se fermèrent de fatigue, et ils s’endormirent rapidement. Quand ils se réveillèrent enfin, il faisait nuit noire. Gretel se mit à pleurer, et dit, « Comment allons-nous sortir du bois ? »

Hansel la réconforta. « Attends un peu, dit-il, jusqu’à ce que la lune se lève, et nous trouverons notre chemin à coup sûr. »

Quand la pleine lune se leva, il prit sa sœur par la main et suivit les cailloux, qui brillaient comme des pièces neuves, et leur montrèrent le chemin. Ils marchèrent toute la nuit, et à l’aube atteignirent la maison de leur père.

hansel et gretel dans la foret

Ils frappèrent à la porte, et quand la femme l’ouvrit, elle s’exclama : « Vilains enfants, quel temps vous avez passé à dormir dans le bois ! Nous avons cru que vous ne reviendriez jamais. »

Le père se réjouit, car sa conscience lui avait reproché de laisser ses enfants seuls.
Peu de temps après, il y eut à nouveau une grande disette dans le pays, et les enfants entendirent leur belle-mère s’adresser ainsi à leur père, un soir, dans leur lit : « Tout a été mangé ; nous n’avons qu’un demi-pain à la maison, et quand il n’y en a plus, c’est fini pour nous. Il faut se débarrasser des enfants ; cette fois, nous les conduirons plus profondément dans le bois, de sorte qu’ils ne pourront pas retrouver leur chemin. Il n’y a pas d’autre moyen de nous sauver. »

Le cœur de l’homme se serra fortement.
Il pensa : « Il vaudrait mieux partager la dernière bouchée avec ses enfants ! »

Mais sa femme n’écoutait pas ses arguments et ne faisait que le gronder et le réprimander. Si un homme cède une fois, il est fichu.

Les enfants étaient de nouveau éveillés, et avaient entendu la conversation. Quand les parents se sont endormis, Hansel s’est levé.
Hansel se leva et voulut sortir pour ramasser des cailloux, comme il l’avait fait la première fois, mais la femme avait barré la porte et Hansel ne pouvait pas sortir.

Mais il consola sa petite sœur et lui dit : « Ne pleure pas, Gretel, et dors paisiblement car Dieu est sûr de nous aider. »

A l’aube, la femme vint et fit lever les enfants. Ils reçurent leur morceau de pain, mais il était encore plus petit que la fois précédente. En chemin vers le bois, Hansel l’émietta dans sa poche, et toutes les minutes, il s’arrêtait et laissait tomber une miette sur le sol. « Hansel, pourquoi t’arrêtes-tu et regardes-tu autour de toi ? » Dit le père.

« Je regarde mon petit pigeon, qui est assis sur le toit et me fait un signe d’adieu », répondit Hansel.

« Idiot ! » dit la femme ; « ce n’est pas ton pigeon, c’est le soleil du matin qui scintille sur la cheminée. » Mais Hansel jeta peu à peu toutes ses miettes sur le chemin. La femme conduisit les enfants encore plus profondément dans la forêt, plus loin qu’ils ne l’avaient jamais fait auparavant. Puis un grand feu fut à nouveau allumé, et la belle-mère dit : « Asseyez-vous là les enfants, et si vous êtes fatigués, vous pouvez dormir un peu ; nous allons dans la forêt pour couper du bois, et le soir, quand nous aurons fini, nous reviendrons vous chercher. »

A midi, Gretel partagea son pain avec Hansel, car il avait semé le sien tout au long de leur chemin. Puis ils s’endormirent, le soir passa, et personne ne vint voir les pauvres enfants. Ils ne se réveillèrent que lorsqu’il fit nuit noire.

Hansel réconforta sa sœur en disant : « Attends, Gretel, que la lune se lève, alors nous verrons les miettes de pain que j’ai éparpillées le long du chemin ; elles nous indiqueront le chemin du retour à la maison. »

Quand la lune apparut, ils se levèrent, mais ils ne trouvèrent pas de miettes, car les milliers d’oiseaux qui volent dans les bois et les champs les avaient toutes ramassées.

« Ne t’inquiète pas », dit Hansel à Gretel, « tu verras, nous trouverons bien un moyen de sortir ».

Mais ils n’en trouvèrent pas. Ils errèrent toute la nuit et le jour suivant, du matin au soir, mais ils ne trouvèrent pas d’issue pour sortir du bois. Ils avaient aussi très faim, car ils n’avaient rien d’autre à manger sauf quelques baies qu’ils trouvaient sur le sol. Finalement, ils étaient si fatigués que leurs jambes refusaient de les porter plus longtemps. Ils s’allongèrent donc sous un arbre et s’endormirent profondément.

Le troisième matin après avoir quitté la maison de leur père, ils se remirent à errer, mais ils s’enfoncèrent de plus en plus dans la forêt. Et ils sentaient maintenant que s’ils ne recevaient pas bientôt de l’aide, ils allaient périr.

A midi, ils virent un magnifique petit oiseau blanc comme neige, assis sur une branche, qui chantait si bien qu’ils s’arrêtèrent pour l’écouter. Quand il eut fini de chanter, il battit des ailes et s’envola devant eux.

La maison de la sorcière

Ils le suivirent et arrivèrent à une petite maison sur le toit de laquelle il était perché.

maison hansel et gretel

La maisonnette était faite de pain et couverte de gâteaux, tandis que la fenêtre était faite de sucre transparent.

« Maintenant, nous allons nous mettre en route, » dit Hansel. « Je mangerai un peu du toit, et toi, Gretel, tu pourras manger un peu de la fenêtre, que tu trouveras délicieuse. »

Hansel tendit la main et cassa un petit morceau du toit pour voir ce que c’était, et Gretel alla jusqu’au battant et commença à le grignoter. C’est alors qu’une voix stridente s’éleva de la pièce intérieure : « Grignote, grignote, petite souris. Qui grignote ma maison ? »

Les enfants répondirent : « C’est l’enfant du ciel, la tempête sauvage » et continuèrent à manger, sans sans se gêner.

Hansel, qui appréciait beaucoup le toit, en arracha un gros morceau, tandis que Gretel poussa une vitre ronde entière et s’assit sur le toit pour mieux en profiter. Soudain, la porte s’ouvrit et une vieille dame, appuyée sur un bâton, sortit en clopinant.

Hansel et Gretel furent si terrifiés qu’ils laissèrent tomber ce qu’ils tenaient dans leurs mains.

La vieille dame secoua la tête et dit : « Oh, ho ! Mes chers enfants, qui vous a conduits ici ? Entrez et restez avec moi, il ne vous arrivera aucun malheur. »

hansel et gretel et la sorciere

Elle les prit toutes deux par la main, les conduisit dans la maison et leur servit un dîner des plus somptueux : du lait et des crêpes sucrées, avec des pommes et des noix. Après qu’ils eurent terminé, deux magnifiques petits lits blancs furent préparés pour eux, et lorsque Hansel et Gretel s’y couchèrent, ils eurent l’impression d’être au paradis.La vieille femme semblait très amicale, mais c’était en fait une vieille sorcière qui avait trompé les enfants,et qui n’avait construit la petite maison en pain que pour les attirer. Quand quelqu’un entrait en son pouvoir, elle le tuait, le cuisinait et le mangeait, et organisait une fête régulière pour l’occasion. Les sorcières ont des yeux rouges, et ne peuvent pas voir loin, mais comme les bêtes, elles ont un sens aigu de l’odorat, et savent quand les êtres humains passent.

Quand Hansel et Gretel tombèrent entre ses mains, elle se mit à rire malicieusement et dit en se moquant : « Je les tiens maintenant, ils ne m’échapperont pas ». Tôt le matin, avant que les enfants ne soient réveillés, elle se leva, et quand elle les vit tous les deux dormir si paisiblement, avec leurs joues rondes et roses, elle se dit : « Ce sera une délicate bouchée ». Puis elle saisit Hansel de sa main osseuse et l’emmena dans une petite étable dont elle ferma la porte. Il aurait pu hurler autant qu’il le voulait, ça ne lui aurait servi à rien. Puis elle est allée voir Gretel, l’a secouée jusqu’à ce qu’elle se réveille, et s’est écriée : « Lève-toi, espèce de paresseuse, va chercher de l’eau et prépare quelque chose pour ton frère. Quand il sera gros, je le mangerai. »

Gretel se mit à pleurer amèrement, mais cela ne servait à rien, elle devait faire ce que la méchante sorcière lui ordonnait. On cuisina donc les meilleurs plats pour le pauvre Hansel, mais Gretel n’eut droit qu’à des coquilles de crabe. Chaque matin, la vieille femme se rendait en boitant à l’étable et criait : « Hansel, tends ton doigt, que je puisse sentir si tu as grossi. » Mais Hansel tendait toujours un os, et la vieille dame, qui avait une mauvaise vue, ne le voyait pas. Pensant que c’était toujours le doigt d’Hansel, elle se demandait pourquoi il grossissait si lentement. Quand quatre semaines se sont écoulées et que Hansel était toujours aussi maigre, elle perdit patience et décida de ne plus attendre.

« Salut, Gretel », appela-t-elle la jeune fille, « Fais vite et va chercher de l’eau. Hansel peut être gros ou maigre, je vais le tuer demain et le cuisiner. » Oh ! Comme la pauvre petite soeur sanglotait en portant l’eau, et comme les larmes roulaient sur ses joues ! « Que le ciel nous aide maintenant ! » Elle s’écria. « Si seulement les bêtes sauvages de la forêt nous avaient mangés, nous serions au moins morts ensemble. » « Taisez-vous », dit la vieille sorcière, « ça ne vous aidera pas ».

Tôt le matin, Gretel dut sortir pour accrocher la bouilloire pleine d’eau, et allumer le feu. « Nous allons d’abord faire cuire », dit la vieille dame. « J’ai déjà chauffé le four et pétri la pâte. » Elle a poussé Gretel vers le four, d’où sortaient déjà des flammes ardentes. « Rentre, » dit la sorcière, « et regarde s’il est bien chauffé, pour qu’on puisse y enfoncer le pain. » Après avoir fait entrer Gretel, elle voulait fermer le four et laisser la fille cuire,
pour pouvoir la manger aussi. Mais Gretel se rendit compte de son intention et dit : « Je ne sais pas comment faire ; comment entrer ? ». « Espèce d’oie stupide ! » dit la sorcière. « L’ouverture est assez grande, tu vois, je pourrais y entrer moi-même », et elle a rampé jusqu’à elle, et a passé sa tête dans le four. Gretel lui a donné une poussée qui l’a fait entrer, a fermé la porte en fer et a tiré le verrou. Bonté divine ! Comme elle hurlait, c’était horrible, mais Gretel s’est enfuie et la pauvre vieille femme a péri misérablement.

Gretel vola directement vers Hansel, ouvrit la petite porte de l’étable et s’écria : « Hansel, nous sommes libres, la vieille sorcière est
morte ! » Hansel s’est alors élancé comme un oiseau hors de sa cage quand on ouvre la porte. Comme ils se sont réjouis, se sont jetés au cou
au cou l’un de l’autre, sautèrent de joie et s’embrassèrent ! Comme ils n’avaient plus rien à craindre, ils entrèrent dans la maison de la vieille sorcière et là, ils trouvèrent, dans tous les coins de la pièce, des boîtes contenant des perles et des pierres précieuses.

« Celles-ci sont encore meilleures que les cailloux », dit Hansel, et il en remplit ses poches.

Gretel dit : « Moi aussi, je vais prendre quelque chose à la maison » et elle remplit son tablier.

« Maintenant, » dit Hansel, « allons nous éloigner du bois de la sorcière. » Quand ils eurent erré pendant quelques heures, ils arrivèrent à un grand lac. « Nous ne pouvons pas passer », dit Hansel, « Je ne vois aucun pont d’aucune sorte. »

« Oui, et il n’y a pas non plus de bac », répondit Gretel. « Mais regarde, il y a un canard blanc qui nage. Si je lui demande, elle nous aidera à passer », et elle s’écria : « Voici deux enfants, bien tristes, qui ne voient ni pont ni bac, sur ton dos blanc, et fais-nous traverser, coin-coin, coin-coin ! » Le canard nagea vers eux, Hansel monta sur son dos et demanda à sa petite sœur de s’asseoir à côté de lui. « Non, » répondit Gretel, « nous serions une charge trop lourde pour le canard. Elle nous fera traverser séparément. »

Le bon oiseau fit cela, et lorsqu’ils furent débarqués en toute sécurité de l’autre côté, et qu’ils furent partis pour un certain temps, le bois leur devint de plus en plus familier et ils se sentirent de plus en plus à l’aise. Et finalement, ils aperçurent au loin la maison de leur père. Ils se mirent à courir et, en bondissant dans la chambre, tombèrent sur le cou de leur père. L’homme n’avait pas passé une heure heureuse depuis qu’il les avait laissés dans le bois et la femme était morte. Gretel secoua son tablier de sorte que les perles et les pierres précieuses
roulèrent dans la pièce, et Hansel en jeta une poignée après l’autre de sa poche.

Ainsi tous leurs problèmes étaient terminés, et ils vécurent heureux pour toujours.

Voici une sélection de livres d’Hansel et Gretel :

Partagez cet article :
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
0Print this page
Print
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *